PAR TAGS : 

POST RÉCENTS : 

Julien Doré, le Roi Soleil du festival

Était-ce une envie d’intimité ? Un coup marketing de Paléo ? Ou un triomphe inattendu ? En tout cas, le concert de Julien Doré aux Arches du Paléo 2017 affichait plus que complet… et on comprend pourquoi !

Prenez un gobelet et essayez d’y verser un litre d’eau. Telle était l’impression que donnait le terrain devant les Arches du Paléo Festival lorsque le public s’y est amassé par dizaines de milliers de gouttelettes, débordant sur les collines aux abords de la fosse, grimpant sur tous les gradins des alentours, condensés, hissés sur la pointe des pieds pour apercevoir la scène ou Julien Doré allait apparaître d’un instant à l’autre.


Jusqu’ici le public, s’il était nombreux, était cependant resté peu enclin à s’enthousiasmer et même les Red Hot Chili Peppers avaient laissé la foule relativement tiède.


Puis Julien Doré sourit et la lumière fut.


Le chanteur à crinière blonde, qui venait de se voir décerner son troisième disque d’or suisse pour son dernier album « & », a galvanisé la foule grâce à son merveilleux rayonnement. De l’esthétique des clips à son style androgyne soigné, sans oublier bien sûr les paroles-mélodies- voix-accompagnements au piano-au ukulélé-à la guitare, Julien Doré sait tout faire, tout transformer. Interpréterait-il « Frère Jacques » qu’il réussirait à nous émouvoir aux larmes.


Et pourtant, à aucun moment les chansons ne passent au deuxième plan. Jamais le jeu scénique, qu’on appréhende parfois de voir se transformer en minauderie, ne prend le dessus sur la musique. Elle règne en maîtresse mélodieuse, amusante ou hypnotique.


Alors, qu’il porte un marcel décollette, rajeunisse les spectateurs en invitant un panda dansant sur les planches, ou traverse la scène en moto, Julien Doré ne garde pas jalousement la lumière pour lui, il la fait rejaillir sur son public… qui n’attendait que cela depuis deux jours.


Et après avoir jeté un coup d'œil au planning de sa tournée géante d’une huitantaine de dates, on ne peut enfin que s'incliner devant la fascinante fraicheur de l’ouragan doré.




© 2019 #danstasalle