PAR TAGS : 

POST RÉCENTS : 

A l'ombre de son frère Mozart

Note au lecteur : Avant de commencer votre lecture, je vous suggère de mettre une musique de Mozart, la Petite musique de nuit, le Requiem, la Flûte enchantée, comme vous préférez.


Tout le monde connait l’immense Wolfgang Amadeus Mozart. Le génie. Le Dieu de la musique classique. Le frère d’une autre Mozart : Maria Anna Mozart. Mais si ! Maria Anna Mozart, surnommée Nannerl, la jeune pianiste prodige, sœur aînée de Mozart. Ça vous dit quelque chose ? Certains en ont déjà entendu parler, mais rares sont ceux passionnés par cette femme… alors qu’ils sont pléthores à aduler son petit frère.

C’est justement à la talentueuse Nannerl, éclipsée par l’aura de son frère Wolfang Amadeus que la Cie Arcanes, en coproduction avec le Casino Théâtre de Rolle, a décidé de rendre hommage, dans un monologue musical écrit par Thierry Raboud et mis en scène par Nathalie Boulin : Mozart, et ta sœur ?


Deux violonistes, Catherine Plattner et Marc Liardon, mêlaient des morceaux de musique classique - du grand Wolfang Amadeus bien entendu - à la pièce interprétée par Nathalie Boulin également, dans le rôle d’une descendante de Nannerl, bien décidée à raviver le souvenir de sa brillante aïeule.


La plume poétique et pétillante de Thierry Raboud fait rejaillir avec un humour doux-amer cette injustice sociale, interdisant aux femmes l’accès à la postérité, et fait descendre le « divin Mozart » de son piédestal.


Mozart, et ta sœur ? rappelle, comme l’avait par ailleurs fait le film de Milos Forman: Amadeus, que le musicien et compositeur était un homme. Doué, excellent même, personne ne le niera. Mais également cabotin à l’humour douteux (La pièce rappelle ce trait de caractère du délicat Mozart qui écrivit un jour à sa cousine: "Excusez ma vilaine écriture, la plume est déjà vieille, mais il y a bientôt 22 ans que je chie par le même trou et il n'est même pas encore déchiré, tous les jours je chie dedans et mord la crotte à belles dents". Un être humain on ne peut plus mortel, donc.)


Entre ombre et lumière, entre mélodies subtiles et texte remarquable, cette pièce musicale m’a emmenée dans l’univers secret d’une femme de génie que l’histoire n’a pas daigné garder en mémoire, faute d’éclat peut-être, de testostérone surtout.


Et à présent, alors que vous écoutiez la Petite musique de nuit, le Requiem ou la Flûte enchantée ne seriez-vous pas curieux de découvrir l’histoire de Nannerl, l’enfant prodige, la compositrice hors pairs, selon les mots mêmes de son frère, la musicienne… dont pourtant aucune pièce n'a été publiée ni retrouvée ? J’espère que le trio repartira sur les routes de Suisse Romande la saison prochaine, afin de nous la raconter.

A voir: www.compagniearcanes.ch

© 2019 #danstasalle