PAR TAGS : 

POST RÉCENTS : 

Here come the Animen (they wont let you remember)

ESTIVALE OPEN AIR DAY2 – Putain de sales beaux gosses. Un tsunami d’eau douce sans tectonique des platines à Estavayer-le-lac.


On apprend qu’ils se rencontrent en buvant des bières sur les bancs d’école, ou était-ce les bars de Carouge - pour ne pas dire Genève, on valide. On a de commun avec eux les shots à huit-huitante. Et c’est bien les années 3 et 4X20 qui transpirent sur leur matos ce soir. Riffs de guitare vrombissants, batterie tonitruante, fringues alléchés, tu fermes les yeux pour te connecter à ce son et sentir tes cheveux blonds au vent d’une Harley conduite par Neil Young. Et au moment d’hurler road sixty-six babe tu reviens sur cette place Nova Friburgo parce que tu viens de te prendre une canette de bière dans l’œil. Eh oui, ces Messieurs balancent. On nous avait effectivement parlé de cet équilibre bestialité-humanité mais fallait aussi nous dire que ces Fab’4 formés par Théo Wyser à la guitare et au chant, Jool Marty à la guitare et au clavier, Robin Schneider à la basse et Guillaume Louis à la batterie étaient torrides. Et ça tombe plutôt bien puisque Théo dépose ses couilles dans le micro. Férocement sincère tout ça. Du rock’n’roll qui colle pas. De la soul qui ne te laisse pas de gueule de bois. L’artisanat sans les délais, la clope sans la pisse, l’attitude sans l’attirail, l’animal sans le piège. Une bande de joyeux connards à câlins collectifs qui t’enflamment une pelouse en deux titres. Merde alors, ben quoi, vous y êtes maintenant ?


A voir: www.theanimen.com


© 2019 #danstasalle