PAR TAGS : 

POST RÉCENTS : 

Julia et Angus version acoustique

Angus et Julia Stone, Zermatt Unplugged 2016

FABULEUX - On les avait suivi aux Eurockéennes de Belfort, puis à Paléo, mais eux n’avaient jamais vu la neige. Et ce soir, c’est des flocons grands comme des marshmallow qui se déposent dans leurs cheveux. Une ambiance Jeux d’enfants qu’on n’avait jamais retrouvé ailleurs.


Un frère et une sœur qui nous invitent dans leur living room avec des anciens morceaux inédits composés lorsqu’ils vivaient à Londres – heu Julia, ça va comment déjà ? (rires) – Heu, et moi je sais plus les paroles du deuxième couplet (rires) –. Et c’est toute la complicité d’un frère et d’un sœur qui profitent de ce séjour à Zermatt pour faire du ski et fêter leur anniversaire qui nous éclate à la figure. On est bien avec eux sous cette tente, il fait doux. L’approche acoustique apporte une touche inédite, on tombe pile dans la configuration de concerts qu’ils préfèrent, et cela se sent. Ouverture, dialogue avec le public, tapes sur l’épaule bourrées d’amour, tout y est, on a jamais vu Angus comme ça, même dans ses parties de babyfoot déchaînées derrière la grande scène de Nyon. #Julia : j’ai écrit la prochaine chanson pour un homme dont j’étais vraiment très amoureuse [For You]. J’ai pesé chaque mot de cette chanson pour lui faire passer un message [il n’aura plus besoin d’aller travailler et il sera sa star à elle dans son univers]. J’ai attendu sa réponse pendant chaque seconde dès l’envoi de mon email avec ma démo, que j’avais composé toute seule dans ma chambre d’hôtel après un set alors que les autres faisait la fête. Deux semaines plus tard [– asshole- complète-elle], il m’a répondu avec un morceau de son groupe de métal titré Go to Hell...


Standing ovation, plusieurs bis, cover inédit du célèbre You’re the one that I want qui dépasse largement Lo-Fang et la culture pub, on regrette juste de s’être pelé les miches sous cette tente. Chaud à l’intérieur, froid à l’extérieur, comme disent certains dirigeants de sociétés offshore.

© 2019 #danstasalle