PAR TAGS : 

POST RÉCENTS : 

Tu t'es déjà unpluggé à Zermatt?

Zermatt Unplugged 2016

Nous pas. Et c’était une Première. De celles dont tu te souviens. Un petit train à crémaillère qui longe un torrent gris-vert glacier et on va enfin découvrir ce Matterhorn en vrai. Enfin, si le temps se dégage. Un comité d’accueil d’affiches de luxe Hublot et WC Schaffhausen avec Audi RS-6 montée en version calèche tirées par deux licornes (no cars oblige) annonce le cliché si souvent entendu sur Zermatt mais qui est vite oublié lorsqu’on s’annonce à la tente INFO du Festival. Cageots de bois, BBQ d'hamburger qui fume-le-bon, tapis d’orient, lampes abat-jour de ta grand-mère et nous voici directement plongés dans cette ambiance intimo-unplugged.


Un truc particulier opère dès la première minute ; des artistes accessibles qui ont débranché leurs instruments électriques et profitent de se ressourcer dans ce cadre grandiose. Une atmosphère vacances en mode coupé des routes et hors du temps. Des hôtels plein à craquer qui mettent chacun à disposition leur bar, leur salle de concert ou leur terrasse pour accueillir une scène.



On savait que ce Festival fondé en 2007 sous la forme d’un festival acoustique d’auteurs-compositeurs-interprètes était devenu THE PLACE to meet les amateurs de musique pure. Et la brochette d’organisateurs de cet unique Festival du genre en Europe faisait déjà rêver. Urs Leierer (Blue Balls Festival), Anni Frid Prinzessin Reuss, le A de ABBA, le musicien et artiste-concepteur Dieter Meier (Yello) ou encore Claude Nobs (Montreux Jazz Festival) et Jon Lord, l’innovant joueur d'orgue Hammond et co-fondateur de Deep Purple, faisaient partie du comité de parrainage avant leur décès.


Avec plus de 13 scènes, y compris sur les pistes si tu veux de la glissade, et 16 gigs par jour, soit tu fais des choix, soit tu te mets en mode binge gig’ing. On a essayé de faire les deux. Après la plus folle fondue au champagne et truffes que t’as jamais mangé au #Chalet Ferdinand. Un Moscow Mule à la main, on a donc bravé les 20cm de neige qui tombaient sur la station vendredi pour voir Abu, qui parle beaucoup trop (et nous on comprend rien) – va-t-il chanter? – , Jamie MacDowell & Tom Thum, un duo australien de beat box et guitare qui nous emporte dans une farandole worldwide de sonorités avec succès, Les Innocents dont les balades ont pris plein de rides, Xavier Rudd qui passe mieux en mode surf’and ride vers la plage qu’en concert, une Lola Marsh magique mais inaccessible vu la foule agglutinée au trop petit Pink pour elle, pour terminer en beauté avec le Ronnie Scott’All Stars, le house band du non moins fameux club londonien.













© 2019 #danstasalle